Et si vous débutiez votre transition vestimentaire ?

Il y a quelques semaines, j’ai reçu la newsletter les Glorieuses* rédigée par Rebecca Amsellem, dans laquelle UNE phrase m’a fait vibrer comme jamais. La voici : « Si je n’avais pas créé mon propre monde, je serais probablement morte dans celui des autres. »

Cette phrase d’Anaïs Nin a pétillé dans ma tête lorsque j’ai réalisé qu’elle décrivait ce que le projet Dealeuses signifiait pour moi ! Je me suis également rendue compte que je n’ai pas vraiment pris le temps de vous partager les sources et motivations de ce projet. Hors, je vous dois bien cela, vous qui êtes déjà si fidèles à Dealeuses.

Dealeuses est née d’un ras le bol

Et d’un amère constat : le monde dans lequel je vis est de plus en plus brouillon, et n’est pas celui dans lequel j’espère que mes enfants vont grandir.

Fin 2019, nous nous installons dans une péniche sur les bords de Marne : moi Bretonne, et petite fille de pirate (vous comprenez pourquoi j’aime autant chiner ^^), Thomas mon mari, passionné de plongée sous-marine depuis son plus jeune âge, en bonne compagnie de nos deux petits matelots.

Dès le premier hivers, je suis rapidement consternée de voir autant de déchets flotter sur notre joli fleuve, de lingettes s’accumuler sur nos berges en fin de crue …

Dès le premier hiver, je réalise également que j’ai accumulé une belle quantité de vêtements ( les déménagements, c’est parfois un choc ! ) Si je vous dis, qu’en moyenne, une personne achète aujourd’hui  60 % de vêtements de plus qu’il y a 15 ans ! ( source : Sloweare)

Faisons l’état des lieux : des déchets à n’en plus finir autours de moi ET des fringues à en perdre la tête.

Les initiatives viennent alors naturellement !

1- Le dimanche, en famille, on enfile des gants et on ramasse tout ce que l’on peut pendant environ 1 heure (je poste régulièrement nos collectes, vous allez voir, on trouve de ces trucs ! )

2- Nos achats de textiles mais aussi de mobilier deviennent plus raisonnés : on achète moins et de seconde main !

Acheter de seconde main demande une certaine ouverture d’esprit, encore plus lorsque l’on n’a pas grandi avec cette façon de consommer, ce qui est le cas de la plupart d’entre nous.

Aussi, comment faire le premier pas, et pourquoi le faire ?

Avec Dealeuses, je pense que c’est à nous de montrer l’exemple. Sur la boutique en ligne, vous allez trouver :

  • Des pièces neuves avec leurs étiquettes qui trépignent d’impatience de pouvoir vivre enfin leur vie. Savez-vous que seuls 30% de nos vêtements sont recyclés et 70% finissent à la poubelle (source : acteur paris durable )
  • Des pièces avec une histoire, parfois riche, parfois trop riche, devenues trop grandes, trop petites, mais toujours belles, et vivantes. Ce sont ces pièces-là que nous vous proposons ici aussi.
  • Et puis, des pièces peut-être un peu moins prestigieuses, issues de la fast fashion, mais néanmoins en très bon état, et qui nous donnent un look canon : pourquoi nous en priverions-nous ?

Je ne prône pas une attitude de consommation parfaite car je sais que bien faire les choses, c’est avant tout faire ce qui possible en fonction de son mode de vie, de son budget et surtout … le faire sur le long terme !

Mais, tout ça pour quoi, au final ?

Avec Dealeuses, j’ai eu envie d’agir et de partager mon expérience, en restant fidèle à mon look, à mes univers : voilà près de deux ans que je n’ai pas acheté de vêtements neufs … et je ne me suis jamais pourtant jamais sentie entourée de si belles pièces ! Sur la photo, mes shoes ont … 15 ans, et mon jean 4 ! Et je ne parle pas de la casquette ^^

Dealeuses vous invite, à travers ses univers sport et rock, à essayer le seconde main, puis à l’adopter ensuite.

Le système de revente des pièces que vous ne portez plus s’inscrit également dans cette logique, en vous proposant non pas du cash lors de la revente d’une pièce sur notre boutique, mais des bons d’achat à utiliser sur notre boutique en ligne à votre convenance.

Pour résumer, nous vous donnons une motivation supplémentaire afin de débuter tout en douceur une transition vestimentaire, en intégrant, jour après jour, davantage d’achat de seconde main, et moins de neuf ou de fast fashion.

Mélangeons toutes ces pièces et exprimons nos personnalités, nos goûts, nos émotions !

On continue ensemble ?

Ces quelques lignes, je les ai écrites avec le coeur : peut-être manque-t-il un peu de structure dans cet article aussi, sachez que toutes vos questions, remarques, suggestions sont vraiment les bienvenues !

La mode éthique a milles facettes et s’ouvre à nous toutes aujourd’hui : créons nos mondes, ensemble. J’ai besoin de vous 💗

Claire

 

 

 

Les Glorieuses : la newsletter de la révolution féministe. En vous y abonnant, chaque mercredi, vous recevez une analyse féministe de l’actualité et des liens vers des articles inspirants , etc. Hyper inspirant !

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *